Projection n° 34 : FOXFIRE Confessions d’un gang de filles

FOXFIREfoxfire-confessions-d-un-gang-de-filles-foxfire-02-01-2013-1-gfoxfire-confessions-d-un-gang-de-filles-foxfire-02-01-2013-5-g foxfire7_dblarg photo-Foxfire-Confessions-d-un-gang-de-filles-2012-6 undefined_53166dfe7898c288975b5430f71f4025Capture d’écran 2013-07-01 à 23.00.10 Capture d’écran 2013-07-01 à 23.00.38

Réalisé par Laurent Cantet

avec Raven Adamson, Katie Coseni, Madeleine Bisson

tiré du roman éponyme de Joyce Carol Oates

Un quartier populaire d’une petite ville de l’Etat de New York dans les années 1950. Cinq lycéennes, pour survivre et se venger des humiliations qu’elles ont subies, concluent un pacte, à la vie, à la mort : elles seront le gang foxfire. La haine, et surtout celle des hommes, va les entrainer dans une impitoyable équipée sauvage.

____________________________________________

« La fureur de vivre, au féminin pluriel« 

Le Monde

« Aussi beau qu’étonnant« 

Les Inrocks

____________________________________________

>>>> Bande annonce <<<<

Projection n° 33 : Arizona Dream

900_arizona_dream_blu-ray1x 900_arizona_dream_blu-ray2x 900_arizona_dream_blu-ray3 900_arizona_dream_blu-ray3x 900_arizona_dream_blu-ray4x arizona-dream-1993-07-g arizona-dream-1993-tou-02-g large_arizona_dream_blu-ray4 large_arizona_dream_blu-ray5 wKa1vwRkujY067dqqIgdWlgCuaH

Sortie en 1993 réalisé par Emir Kusturica

avec Johnny Depp, Jerry Lewis, Faye Dunaway

______________________________________

Après la mort tragique de ses parents dans un accident de voiture, Axel Blackmar a tourné le dos à son passé. Trois ans plus tard, installé à New York, il a trouvé son équilibre et travaille pour le département de la Pêche et de la Chasse. Mais son oncle Léon le rappelle dans sa ville natale, en Arizona. Là, Axel va devenir le jouet des rêves de deux femmes qui ont vécu un passé terrible, de ceux de son oncle et peut-être des siens.

______________________________________

« Voilà un poète qui utilise le langage du cinéma – et avec quelle maestria !- pour exprimer ses obsessions et sa vision de l’homme.« 

La Croix

« Rarement un film laisse, comme Arizona Dream, une telle sensation de puissance créatrice.« 

Positif

______________________________________

>>>> Bande annonce <<<<

Projection n° 32 : Will Hunting

will huntinggood_will_hunting_3good-will-hunting good-will-hunting2 goodwilll large good will hunting1 will-hunting-1997-10-g will-hunting-1997-12-g will-hunting-1997-21-g

réalisé en 1997 par Gus Van Sant

avec Matt Damon, Robin Williams, Ben Affleck

_________________________________

Will Hunting, jeune marginal autodidacte, gagne sa vie en balayant les couloirs du MIT de Boston, haut lieu de la recherche scientifique américaine. S’il aime se bagarrer et fréquenter les cafés mal famés avec Chuckie et sa bande, il n’en soigne pas moins son quotient intellectuel, qui est d’ailleurs exceptionnel. Ainsi, il parvient à résoudre en un rien de temps une équation que le professeur Lambeau a jetée sur le tableau pour torturer les méninges de ses élèves. Cet exploit attire sur lui l’attention du corps professoral. Lambeau s’engage à prendre en charge le jeune rebelle et à lui trouver un psychothérapeute à la hauteur de ses problèmes…

Résumé de Télérama

_________________________________

« Gus Van Sant échappe aux pièges de son matériau mélodramatique pour réussir à faire entendre sa petite musique. Emouvant et nonchalant. « 

Les Inrocks

_________________________________

>>>> Bande-annonce <<<<

Projection n° 31 : J’ai tué ma mère

j_ai_tue_ma_mere,0 j-ai-tue-ma-mere-2 j-ai-tue-ma-mere-9 j-ai-tue-ma-mere-15-07-2009-2-g j-ai-tue-ma-mere-15-07-2009-4-g j-ai-tue-ma-mere-15-07-2009-6-g

Film canadien de 2009 par Xavier Dolan

avec Xavier Dolan, Anne Dorval, Suzanne Clément

Hubert Minel n’aime pas sa mère. Du haut de ses 17 ans, il la jauge avec mépris, ne voit que ses pulls ringards, sa décoration kitsch et les miettes de pain qui se logent à la commissure de ses lèvres quand elle mange bruyamment. Au-delà de ces irritantes surfaces, il y a aussi la manipulation et la culpabilisation, mécanismes chers à sa génitrice. Confus par cette relation amour-haine qui l’obsède de plus en plus, Hubert vague dans les arcanes d’une adolescence à la fois marginale et typique -découvertes artistiques, expériences illicites, ouverture à l’amitié, sexe et ostracisme- rongé par la hargne qu’il éprouve à l’égard d’une femme qu’il aimait pourtant jadis.

______________________________

Le naturalisme au principe du film inclut une forme de répétition, qui se révèle ici être la clé du conflit mère-fils : sans début ni fin, indélimité, conçu comme une maladie du quotidien, un virus contracté au fil des petits déjeuners et des plateaux télé du soir. Xavier Dolan filme la violence de la relation jusqu’à l’épuisement, cherchant à en explorer toutes les formes possibles, les ramifications aussi complexes qu’indéfectibles.

Les Inrocks

______________________________

Quelques mots de Xavier Dolan

J’ai écrit le scénario en trois jours, juste après avoir quitté l’école, rempli de griefs contre ma mère, le système éducatif. Ça a été un défouloir, une catharsis. Je l’ai écrit comme une lettre vindicative qu’on écrit à quelqu’un sans jamais lui envoyer.

J’ai misé sur le côté hyperréaliste des détails irritants du quotidien, tout en tentant de démontrer la dichotomie des sentiments.

On n’a pas la vie devant soi. C’est une phrase pour procrastiner. Il faut faire les choses avec urgence, sans les escamoter. La phrase qui me guide, c’est celle de Valéry : “Le vent se lève, il faut tenter de vivre.”

______________________________

>>>> Bande annonce <<<<

>>>> Extrait n°1 <<<<

>>>> Extrait n°2 <<<<

>>>> Film en entier sur youtube (basse qualité) <<<<

Projection n° 30 : Nuit d’Ivresse

046 - 1986 - NUIT D'IVRESSEnuit_d_ivresse_1985_portrait_w858Capture d’écran 2013-06-20 à 18.58.31 Capture d’écran 2013-06-20 à 18.59.36 Capture d’écran 2013-06-20 à 18.59.58 nuit-d-ivresse-1986-02-g

Film de 1986 réalisé par Bernard Nauer

avec Josiane Balasko, Thierry Lhermitte, France Roche…

______________________________

La nuit complètement loufoque de deux personnages qui n’auraient jamais du se rencontrer et qui se sont retrouvés le même soir dans le bistrot d’une gare : lui, Jacques Belin, vedette de jeux télévisés, attendait sa fiancée au dernier train. Elle, Fred, une fille sortant de prison, sirotait une grenadine. Un simple incident a suffi pour qu’ils lient connaissance et se saoulent ensemble…

Résumé de Paris Première

______________________________

Adaptation d’une pièce de théâtre de Josiane Balasko et Michel Blanc.

______________________________

Un film qui donne le sourire!

______________________________

Répliques cultes:

« Vous êtes pas des plus bavardes, ou alors c’est : « sois belle et tais-toi ». Et alors, c’est surtout « tais-toi » ! »

« Vous avez une sacrée descente ! J’aimerais pas la faire en vélo ! « 

« Elle est moche, elle est très moche, elle est même plus moche que vous ! »

« J’ai pas de complexes mais j’ai un cul qui se pose là

______________________________

>>>> Extrait n°1 <<<<

>>>> Extrait n°2 <<<<

______________________________

>>>> Bande annonce <<<<

Projection n° 29 : Control

controlcontrol-control-26-09-2007-05-10-2007-3-gcontrol-control-26-09-2007-05-10-2007-7-g extrait_control_0Control screen2 control-control-26-09-2007-05-10-2007-9-g control-control-26-09-2007-05-10-2007-11-g Control-Immagini-dal-Film-12 3461 3467

Réalisé en 2007 par Anton Corbijn

Avec Sam Riley, Samantha Morton, Alexandra Maria Lara…

_____________________________________________

La vie de Ian Curtis, leader du groupe mythique de rock anglais Joy Division. Tiraillé entre sa vie de famille, sa gloire naissante et son amour pour une autre femme, Ian Curtis s’est suicidé le 18 mai 1980, à la veille de la première tournée américaine du groupe qui s’annonçait triomphale. Ian Curtis a changé le rock, sans le vouloir, sans le savoir.

_____________________________________________

Anton Corbijn, photographe de formation, à l’origine des clichés les plus célèbres de Joy Division, était sans doute le plus à même pour mettre la vie de Ian Curtis en images.

Film en noir et blanc, on se laisse porté par les sons de Joy Division pour découvrir la vie d’un homme touché par la musique, la poésie et la maladie.

_____________________________________________

 » Derrière le romantisme noir du mythe suicidaire Ian Curtis, le portrait prosaïque, parfois cocasse, souvent touchant, d’une personne.« 

Les INROCKS

_____________________________________________

>>>> Bande annonce <<<<

Projection n° 28 : Coraline

coraline_1coraline_8large_coraline_blu-ray4coraline_10coraline_2coraline_3large_coraline_blu-ray1Coraline-coraline-18798672-1920-1036coraline_6coraline_7large_coraline_blu-ray12Film Title: Coralineextrait_coraline_10large_coraline_blu-ray6large_coraline_blu-ray5coraline_11coraline_4FA_image_0002600Père-autre-Autre-Mère-Et-CoralineCoraline10extrait_coraline_11Film Title: Coralinelarge_coraline_blu-ray8Film Title: CoralineFilm Title: Coralinelarge_coraline_blu-ray10FA_image_0007739coraline_18

Coraline : Réalisé par Henry Selick

Le film d’animation est adapté du conte noir pour adultes et enfants de Neil Gaiman. Auteur du scénario, Henry Selick a souhaité conserver les aspects amusants, effrayants et intelligents de la nouvelle, tout en lui donnant un ton très musical.

______________________________________________________________

LES CRITIQUES :

« (…) Henry Selick a trouvé de quoi démontrer la vraie dimension de sa vision, poétique, sombre et inquiétante (…) Avant, il y avait Miyazaki et Tim Burton. Dorénavant, il faudra compter sur Henry Selick. »

PREMIERE

« (…) Visuellement époustouflant,  » Coraline  » étonne aussi par sa noirceur. (…) »

LE PARISIEN

« (…) une perle noire de l’animation […] d’une inventivité et d’une originalité folles. »

TÉLÉ 7 JOUR

« (…) Le film est une pure prouesse, impressionne par les détails cousus main de son univers forain-gothique (…) »

LES INROCKUPTIBLES

Coraline est un conte dont l’adaptation musicale (réalisée par  Bruno Coulais) vous embarquera dans un univers extraordinairement excitant et terrifiant !!

A Voir, Ecouter, Absorber !!!

[Attention : Peut choquer les plus jeune. A partir de 12 ans !! ]

________________________________________________

>>>> Bande annonce <<<<

Projection n° 27 : Les Petites Marguerites (Sedmikrásky)

717kNI78osL._SL1080_2ybyHYjbPTrr0Q9tpKNZSKngKJh Daisies113 Picture 9Screen shot 2010-12-31 at 3.15.56 PMscreen-shot-2012-03-08-at-10-47-32-pm Sedmikrasky 02 Screen shot 2010-12-31 at 3.36.11 PM sedmikrasky_01 sedmikrasky_03r47O9K1w1wtM6hDlSpdAmxlBfGM

Film tchécoslovaque de 1966 par Věra Chytilová

avec Jitka Cerhová et Ivana Karbanová, deux actrices magiques!

Film de la nouvelle vague tchécoslovaque, provocant et féministe (il fut interdit à sa sortie). Un grand classique dans le monde du cinéma, découvert un soir tard sur Arte!

_________________________________

Deux jeunes filles, Marie 1 et Marie 2, tentent de comprendre le sens du monde et de leur vie.

___________________________________

« Souvent comparé à Godard, Les Petites Marguerites s’apparente souvent plus à un véritable film pop, aussi bien par son premier degrés, qu’à son versant Warholien, fait de récupérations d’esthétiques et de déconstructions : le slapstick du cinéma muet est particulièrement à l’honneur dans les gestes et le rythme, aussi bien que la figure du cartoon. On peut même voir dans ces découpages et collages tout un pan de l’animation tchèque pointer son nez. Au-delà de ces considérations, la réalisatrice possède un vrai sens du cadre et les séquences en couleurs sont plastiquement à tomber.« 

Lien de la critique

__________________________________

Extraits videos sous-titrés anglais

>>>> BIIIIM <<<<

>>>> BIIIIIIIIIIIIIIIIIM <<<<

>>>> BAAAAM <<<<

>>>> BOOOOOOOOOM <<<<

Video-clip des extraits du film et musique de Bow Wow Wow

>>>> BOUM <<<<

__________________________________

« Ce film est dédié à tous ceux qui ne s’indignent que de la salade piétinée« 

Projection n° 26 : Mémoires D’une Geisha

memorias_de_una_geisha_2005_1memoires-d-une-geisha-2005-54-g0809d950700e25a7135604d6139fe5f6242a1161db37e98f91d07c28eb6a9ea59bf9still-of-li-gong,-kaori-momoi-and-ziyi-zhang-in-memoirs-of-a-geishaMEMOIRES D'UNE GEISHA13memoires-d-une-geisha-2005-51-g27426085dda866062895fd20d174dbb9e889a47MEMOIRES D'UNE GEISHAmemoirsFilm Title: Memorias de una Geisha.42611MEMOIRES D'UNE GEISHAMEMOIRES D'UNE GEISHA

Mémoires D’une Geisha : Un film de Rob Marshall

Avec Zhang Ziyi (Chiyo puis Sayuri), Suzuka Ohgo (La jeune Chiyo), Gong Li (Hatsumomo), Michelle Yeoh (la protectrice) et Ken Watanabe (le président)

SYNOPSIS

« E n 1929, une fillette de la campagne est vendue par ses parents, démunis et malades, à un trafiquant d’enfants qui la place comme servante dans une maison de geishas de Kyoto. Cette Cosette nippone subit les cruautés et mesquineries d’une patronne près de ses sous et de la fourbe Hatsumomo, geisha très prisée. En grandissant, la gamine abdique tout espoir de retrouver sa famille, mais se forge un idéal : revoir l’homme qui lui a un jour insufflé la force de sublimer sa détresse pour tenter de devenir geisha. Grâce à la complicité d’une rivale d’Hatsumomo, elle va se plier à tous les rites d’initiation et acquérir un statut envié. Les hommes les plus puissants du Japon n’ont plus d’yeux que pour elle, ce qui provoque la fureur de sa rivale détrônée. »

_________________________________

« Le pudibond Hollywood noie les corps de ses « pretty women » sous les maquillages, les costumes brodés, les pétales de cerisier, les reflets de couleurs, les éclairages (…). Le maître d’œuvre de l’affaire est Rob Marshall, ex-chorégraphe (…). Cet homme-là aime la belle image, et sa mise en scène, souvent habile, met en valeur le « beau » (choses et gens mêlés) qu’on a installé devant sa caméra. Bref, on en a plein les yeux. »

TELERAMA

« 2h20 de beauté pure. »

ROLLING STONE

« (…) de l’Orient arrangé pour l’Occident, quitte à dénaturer, quelque peu, son propos, (…) reconnaissons à ces Mémoires d’être une oeuvre d’art en soi. »

PREMIÈRE

_____________________________________________________

>>>> Bande annonce <<<<

Projection n° 25 : Just Like A Woman

just-like-a-woman-poster01IFIFjust-like-a-woman-golshifteh-farahani-foto-dal-film-6JLAW-pic-select_05IFJLAW-pic-select_01maxresdefaultIFBACKGROUND_JLAW_lowIF251553_271b0076fd27ffa75ed3a28076088b4212. Sienna Miller e Golshifteh FarahaniIFIFIF

Just Like A Woman : Un film de Di Rachid Bouchareb

Avec Sienna Miller, Golshifteh Farahani, Roschdy Zem, Tim Guinee et Bahar Soomekh

(Sienna Miller et Golshifteh Farahani ont obtenu le prix d’interprétation féminine au festival de la fiction TV de La Rochelle en septembre 2012)

________________________________________________

« Un road movie touché par la grâce »

« Sa caméra sait aussi bien filmer Chicago que les grands espaces de l’Ouest, tel un tableau à la Hopper. »

LE FIGARO

Une Bande son qui fait frétiller, une brochette d’acteurs qui brillent au travers de ce parcours tant géographique qu’initiatique …

Magnifique !!!

___________________________________________________________________

>>>> Bande annonce <<<<